• C'est bon les pleurs

     

    C'est bon les pleurs

    C'est bon les pleurs

    Ça dégage l'amertume, 

    Qui affleurait au cœur

    Quand on veut bien laisser

    Un peu de sa moiteur 

    Cueillie au bord des yeux.

    De s’en débarrasser, 

    Passer à autre chose, de ne plus s’accabler, 

    Persona affligée de tant d’appesantir.

     

    C’est bon les pleurs 

    Ça permet d’avancer

    Enfin de reconnaître 

    Que l’on s’est abusé

    De tant de simulacres

    Qu’à profusion l’on a accouché d’artifices

    Créé un autre ailleurs

    Qui n’avait de tangible

    Que l’étoffe du désir. 

     

    C’est bon les pleurs

    Mais c’est aussi cruel quand l’amour

    Que l’on tient s’en va à tire-d’ailes

    Quand le proche si cher n’est plus là à vibrer

    Alors l’on pleure sur soi 

    D’avoir à se traîner, de croire que l’on est seul

    Que l’on est oublié, que plus rien à de goût

    Alors qu’il suffirait de se réinventer…

     

    C’est bon les pleurs

    Et quand ils se mêlent 

    A la pluie vagabonde

    On génère en son Soi 

    Une autre humeur féconde.

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :